emoji lunettes | Opération Noël ! Un 2ème bracelet surprise pour 1 € de plus pour tout achat d'une montre avec le code NOEL21 | Valable sur toutes les montres ! | Livraison 48 h garantie avant Noël - Retours & échanges gratuits jusqu'au 15 janvier !

Le revenge travel, antithèse du slow tourisme ?

Passeport pour voyager revenge travel

Quand la Covid-19 donne des envies d’ailleurs.  Le revenge travel, ou « tourisme de revanche » en français, est la nouvelle manière de consommer le voyage. Voyager pour oublier, explications.

Sommaire :

  1. Le revenge travel, voyager pour oublier
  2. Voyager, oui, mais slow

Le revenge travel, cette nouvelle expression née de la pandémie. Il faut avouer que l’année 2020 n’a pas été la plus épanouissante, surtout pas les confinements qui l’ont ponctuée : interdiction de sortir en dehors d’un certain périmètre, fermeture des lieux de rassemblements… Pire,  interdiction de voyager.

Voyager est un luxe.  Déjà dans la vie de tous les jours, la vie « normale », rares sont ceux à avoir la chance de pouvoir partir sur un coup de tête. Même si ce n’est pas l’envie qui manque. Et encore plus depuis la crise sanitaire qui a affecté le monde entier. L’envie d’ailleurs devient un besoin presque vital dans ce genre de périodes. Selon une étude réalisée par Yougov pour Home Exchange, 36 % des Français ont répondu qu’il était compliqué moralement de ne plus pouvoir se projeter dans leurs projets de vacances.

Le voyage est une bulle d’oxygène. C’est le moment de l’année où on peut enfin relâcher la pression et se faire plaisir sans modération. Certains sont très consciencieux quand il s’agit de les organiser. Ils programment tout, de l’heure du réveil à l’itinéraire complet du séjour. Tandis que d’autres vivent selon une seule règle : le farniente. Et pour autant, même si chacun les conçoit différemment, la manière dont on « rentabilise » ses congés n’est que l’expression de besoins profonds tels que le repos ou la soif de découvertes. L’impossibilité de prévoir sereinement des vacances revient donc à annihiler ces besoins, ce qui influe directement sur le bien-être.

Le revenge travel, voyager pour oublier

Une sortie d’issue semble se profiler. Les contaminations baissent, la vaccination est déployée sur tout le territoire… Les Français retrouvent progressivement leur liberté adorée, et la vie son goût d’antan. Toutes mesures gardées évidemment.

L’été dernier, les voyages à l’étranger étaient encore très restreints et largement déconseillés. Cette année, les différents progrès permettent d’entrevoir plus sereinement la période estivale. Mais pour certains, l’entrevoir n’est plus suffisant. Les « revenge travelers » veulent sillonner le monde.

Parmi les nombreux secteurs affectés par la crise, le tourisme. Toute l’industrie a été touchée : hôteliers, restaurateurs, compagnies aériennes… Des pays entiers, dont l’économie reposait essentiellement sur cet écosystème, se sont endettés. À la levée des restrictions de déplacement,  les revenge travelers deviennent une cible de choix.

Le revenge travel, c’est quoi ? Le « tourisme de revanche » en français, désigne le tourisme d’après pandémie. La frustration de ne pas pouvoir voyager a donné naissance à de nouveaux explorateurs, prêt à débourser toutes leurs économies dans le seul but de retrouver cette liberté. Différentes études internationales annoncent que les gens préfèrent dépenser pour des voyages, plutôt que dans les vêtements, les voitures ou encore les smartphones. Les habitudes de consommation sont complètement bouleversées.

Voyager, oui, mais slow

Femme adepte du slow travel dans la nature
Profiter de l’instant présent grâce à la slow life.

Une étude française cette fois, menée par Booking en début d’année 2021, révèle que 65 % des Français profiteraient davantage des opportunités de voyager et 22 % souhaitent rattraper le temps perdu en 2020.

Parmi les activités qui font le plus rêver, profiter de la nature à 44 % ou encore la randonnée à 94 %. Des activités champêtres alors quasi impossibles pour les citadins pendant ces deniers mois.

Voyager slow, c’est prendre le temps de découvrir le lieu où on posé ses bagages. C’est s’initier à la culture locale, se renseigner sur les coutumes, goûter les plats traditionnels. S’immerger pleinement.

Vous voulez en savoir plus sur comment prendre du bon temps grâce au tourisme slow ? Un article est en ligne à ce sujet sur notre blog, apprenez les fondements en seulement quelques minutes !

Mais voyager beaucoup comme le prône le revenge travel, et particulièrement à l’étranger, nécessite d’opter pour des moyens de transport tels que l’avion, peu recommandés par le mouvement slow. Ce dernier consiste à se reconnecter à la nature et donc à minimiser son empreinte carbone.Pour autant, une fois sur place, vous pouvez très bien compenser en faisant du covoiturage ou encore en logeant chez l’habitant. En soi, le slow travel ne s’oppose pas au revenge travel tant qu’il est pratiqué consciencieusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *